Site généraliste du gaulois
Accueil du siteDon d’organesLa greffe d’un rein

/a>

Comment la soigne-t-on ? Enregistrer au format PDF
dimanche 17 juin 2007
par legaulois
popularité : 4%

Deux traitements, dialyse et greffe de rein, sont complémentaires. Certains patients sont greffés directement sans recours à la dialyse ; d’autres sont greffés après plusieurs années de dialyse ; d’autres reprennent la dialyse en cas de rejet d’une greffe et dans l’attente d’une nouvelle greffe ; certains patients sont dialysés toute leur vie (Malheureusement)


Comment la soigne-t-on ? : La greffe


LA GREFFE

La greffe de rein, lorsqu’elle est possible, est le meilleur traitement de l’insuffisance rénale terminale. Le rein greffé permet le plus souvent d’assurer normalement toutes les fonctions du rein. Cette méthode est privilégié aujourdhui car elle améliore l’expérance et la qualité de vie des patients.

Après la greffe, la plupart des contraintes disparaissent. Néanmoins, un suivi médical régulier est impératif. En effet, seule la prise régulière et sans interruption de médicaments immunosuppresseurs permet de conserver le bon fonctionnement du greffon. Des effets secondaires surviennent parfois (hyperpilosité, gonflement du visage, acné, vomissements, maux de tête, risque d’infection …). Mais sans ce traitement, le rejet est inévitable.

En france, plus de 5 000 patients sont en attente d’une greffe de rein. Le nombre de nouveaux inscrits chaque année sur la liste nationale d’attente étant supérieur au nombre de greffes réalisées, la liste d’attente augmente.

LA GREFFE A PARTIR D’UN DONNEUR DECEDE

Le prélèvement peut être effectué sur une personne en état de mort encéphalique. C’est la greffe de rein à partir d’un donneur décédé. Cette situation de mort encéphalique est relativement rare, limitant les possibilités de prélèvement.

Les organes prélevés sont greffés à des receveurs inscrits sur la liste d’attente de greffe, en fonction de critères prenant en compte notamment le groupe sanguin, la compatibilité tissulaire entre le donneur et le receveur, la différence d’âge, les caractéristiques immunologiques du receveur et la durée d’attente. Ces règles de répartition sont arrêtées par le ministre de la santé et publiées au journal officiel.

La durée d’attente du receveur dépend de plusieurs éléments : les critères médicaux propres au malade comme par exemple son groupe sanguin, et aussi l’activité de prélèvement dans chaque région.

LA GREFFE A PARTIR D’UN DONNEUR VIVANT

Il est possible de vivre normalement avec un seul rein. Une personne vivante volontaire en abnne santé peut donc donner un rein à un de ses proches dans les conditions définies par la loi. C’est la greffe à partir d’un donneur vivant.

En France, depuis 1996, le niombre de greffes rénales à partir de donneur vivant a plus que doublé mais il demeure modeste en proportion du nombre total de greffes (7.7% en 2005).

Dans les pays développés où les deux types de greffes sont réalisées, le taux de greffe à partir de donneur vivant varie de 3 à plus de 40%, en fonction des conditions locales et de société.

La greffe à partir de donneur vivant contribue à diminuer la pénurie de greffons et offre indirectement un bénéfice à tous les patients qui sont sur la liste nationale d’attente d’une greffe de rein à partir de donneur décédé.


Lexique :
- Immunosupresseurs : Ce sont sont des médicaments qui diminuent l’activité dy système immunitaire, qui est le système de défense de l’organisme. Ainsi, en abaissant la vigilence de l’organisme vis-à-vis des agents infectieux (bactéries ou virus) et des cellules étrangères du rein greffé, ils diminuent la fréquence et la gravité du phénomène de rejet. Ils doivent être prrescrits sans interruption pour permettre la tolérance du rein greffé ?
- Rejet : Le système immunitaire protège chaque individu contre l’agression de nombreusses substances étrangères notamment les agents infectieux (bactéries ou virus) mais aussi contre les cellules étrangères du rein greffé. La greffe active le système immunitaire du receveur et déclenche une réaction en chaîne complexe qui aboutit à la destruction de l’organe greffé, définissant le phénomène de rejet.
- Mort encéphalique : La mort encéphalique désigne la cessation irrémiédable de toutes les activités du cerveau, alors que la respiration et les battements du coeur peuvent être maintenus artificiellement par des techniques de réanimation, en vue d’un prélèvement et ce, pendant une durée limitée.
- Compatibilité tissulaire ou HLA : HLA : signifie "Human Leucocyte Antigen". Ce sont des protéines situées sur tous les tissus dont le rein et sur la surface des globules blancs du sang. Une prise de sang suffit pour effectuer un typage. C’est une partie de notre carte d’identité génétique, qui constitue un système très compliqué. Le nombre de combinaisons possibles est de plusieurs millions, ce qui rend difficile une compatibilité parfaite entre le donneur et le receveur.

 

Répondre à cet article

Privé | Plan | Agenda | Forum | Contact | Flux RSS

2007 - Uxello Studio
( Capdenac le haut - Lot - France )